Par claucomlucfar
Nouvelles

Pour le troisième mois consécutif, les ventes résidentielles nationales ont ralenti. Selon L’Association canadienne de l’immobilier (ACI), les ventes immobilières ont baissé de 1,9 % d’août à septembre.

En raison du ralentissement récent des ventes, pour la deuxième fois cette année, l’ACI revoit à la baisse ses prévisions du nombre de ventes de propriétés qui auront lieu au Canada cette année.

Que signifie alors cette situation pour les acheteurs, les propriétaires-vendeurs et les propriétaires canadiens?

Un bon moment pour acheter?

Certes, les ventes résidentielles sont en baisse, mais le nombre de nouvelles inscriptions a bondi au cours des derniers mois. Le nombre de propriétés nouvellement inscrites a augmenté de 6,3 % d’un mois à l’autre en septembre, contribuant à un gain cumulatif d’environ 35 % par rapport à mars, où il avait atteint son plus bas niveau en 20 ans.

Si les ventes sont en baisse et les nouvelles inscriptions en hausse, les conditions seraient en principe idéales pour créer un marché d’acheteurs. Toutefois, l’incertitude liée aux taux d’intérêt – sans oublier la pénurie de logements – ajoute de la pression sur les acheteurs potentiels.

« La suite dépendra des taux d’intérêt. Que ce soit l’incertitude entourant la possibilité de hausses subséquentes ou le coût d’un emprunt à l’heure actuelle, les acheteurs potentiels ne verront ni l’une ni l’autre de ces situations résolues dans un avenir rapproché, a affirmé Shaun Cathcart, économiste principal, dans le plus récent communiqué de l’ACI. Attendons-nous donc à un hiver plus tranquille que la normale, tandis que tous les yeux seront tournés vers la Banque du Canada. Nous verrons comment se sentiront les acheteurs à la fonte des neiges. »

Les propriétaires-vendeurs peuvent aussi choisir de patienter jusqu’au début de l’année prochaine, surtout à l’approche de la période habituellement plus lente de l’activité immobilière.

Qu’en est-il des prix des propriétés?

Pour la première fois depuis mars, l’Indice des prix des propriétés MLS® global et composé (ou IPP MLS®), l’outil le plus moderne et précis permettant à l’ACI d’évaluer les niveaux et les tendances des prix des propriétés d’un quartier donné, a reculé d’un mois à l’autre. Ce chiffre a baissé de 0,3 % entre août et septembre.

L’ACI a indiqué que ce léger fléchissement est attribuable aux tendances observées en Ontario, alors que les prix continuent d’augmenter lentement dans d’autres provinces.

En septembre, le prix moyen réel (non désaisonnalisé) des propriétés vendues au pays a atteint 655 507 $.

À quoi ressembleront les marchés de l’habitation l’année prochaine?

En fonction des données les plus récentes fournies par les chambres et associations immobilières de tout le Canada, l’ACI a révisé ses prévisions des ventes résidentielles et des prix moyens des propriétés.

Il est prévu qu’environ 450 000 propriétés résidentielles seront vendues cette année, soit une baisse de 9,8 % par rapport à 2022. Le prix moyen national estimé sera de 680 686 $, soit une baisse de 3,3 % comparativement à l’année dernière. En juillet, l’ACI avait prévu une baisse de 6,8 % des ventes et de 0,2 % du prix moyen.

Ces nouvelles réductions sont attribuables à un affaiblissement progressif des conditions du marché et à des taux d’intérêt qui demeurent plus élevés pendant plus longtemps.

L’ACI a indiqué qu’en 2024, les ventes résidentielles devraient rebondir de 9 % en, grâce à la baisse des taux d’intérêt, et que les prix des propriétés devraient augmenter d’un modeste 1,5 %.

« Malgré la volatilité mensuelle, c’est la quatrième année de suite que les prévisions du prix moyen national demeurent dans la fourchette de 680 000 $ à 700 000 $ », a indiqué l’ACI dans son communiqué.

« Ce qui pourrait influencer ces prévisions est la prochaine intervention de la Banque du Canada, indique M. Cathcart dans le Rapport sur le marché de l’habitation de l’ACI (vidéo complète ci-dessous, en anglais seulement). L’hypothèse actuelle est qu’il n’y aura plus d’augmentations, ou une au plus, et que la Banque donnera une indication à un certain moment qu’elle baissera son taux. L’évolution de tous ces facteurs déterminera le type de marché que nous aurons au printemps 2024. »

Source: Realtor.ca

Autres articles pouvant vous intéresser
Crédit d’impôt
Nouvelles
Crédit d’impôt
24 janvier 2024

Bonne nouvelle! Le gouvernement a prévu 52,8 millions de dollars au cours des cinq prochaines années pour améliorer la gestion des eaux usées – et ainsi préserver la qualité des cours d’eau du Québec – sans parler de notre eau potable! De ce montant, 38 millions sont destinés à soutenir les propriétaires dans leur projet

L’activité immobilière reprendra rapidement en 2024 alors qu’une baisse des...
Nouvelles
L’activité immobilière reprendra rapidement en 2024 alors qu’une baisse des...
24 janvier 2024

  Les prix des propriété dans le Grand Montréal et dans la plupart des régions du Québec terminent 2023 sur un léger déclin trimestriel L’activité immobilière reprendra rapidement en 2024 alors qu’une baisse des taux d’intérêt est attendue L’année 2023 aura fermé la porte à de nombreux acheteurs sur le marché immobilier, tandis que leur

6 tendances de la décoration intérieure en 2024
Nouvelles
6 tendances de la décoration intérieure en 2024
4 janvier 2024

L’arrivée d’une nouvelle année s’accompagne d’une nouvelle vague de tendances en matière de décoration d’intérieur. Du mobilier à la palette de couleurs, le début d’une nouvelle année est le moment idéal pour penser à moderniser l’intérieur de votre maison afin d’y intégrer les styles actuels. Rafraîchir vos espaces de vie ne nécessite pas de grands travaux –